Carine ou le récit d'un parcours de vie

Pour écouter l’épisode via une appli sur votre smartphone (attention, il y a deux parties) :

60350449_1042298572825939_8124855089144791040_n.jpg

Ce week-end, je partage avec vous le sixième épisode du podcast, divisé en deux parties.

J’y rencontre Carine et, contrairement à d’habitude, on parle peu de Munich, même si la ville reste toujours là, décor propice aux moments charnières. Il s'agit en fait du récit d'un parcours de vie, ce qui explique en partie la longueur. 

Dans la première partie, on commence par les débuts. On parle de l'enfance de Carine en Lorraine, de son coup de foudre pour la langue allemande, de sa rencontre avec l’Allemagne et avec un allemand, son ex-mari. Elle nous raconte ses nombreux déménagements (Reutlingen, Nuremberg, Belfort, Francfort, Lausanne et j’en passe), ses premiers jobs, son coup de coeur pour la Suisse et sa première étape à Munich. 

Dans la seconde partie, Carine nous raconte son arrivée à contre coeur à Wintherthur et comment se passe finalement le retour définitif à Munich. On aborde les difficultés, sa séparation et - je me permets de le dire - sa renaissance, tout du moins le sentiment d’avoir trouvé sa place.

À la fin du podcast, vous découvrirez le lieu ressource de Carine, une excellente adresse pour profiter des beaux jours au bord d’un.

Comme d’habitude, vous retrouverez ci-dessous dans les notes de l’épisode.

Résumé de l’épisode, adresses et liens utiles cités dans l’épisode !

1ère partie

Une enfance lorraine et un coup de foudre pour la langue allemande (1mn50-10mn)

La jolie ville de  Tübingen  (en français Tubingue)

La jolie ville de Tübingen (en français Tubingue)

Carine naît en lorraine dans une famille franco-polonaise. Elle nous parle de ses parents, de l’ouverture de sa famille dans un contexte d’après-guerre - la première petite amie de son père est allemande et il épouse un polonaise - et surtout de sa première rencontre avec l’allemand, lors d’un cour en classe 6ème. C’est un véritable coup de foudre et elle n’aura de cesse, par la suite, que de maîtriser cette langue et de partir s’installer dans ce pays. Le rêve va d’ailleurs rapidement devenir réalité.

Grâce à une de ses professeurs, elle fait un premier échange au lycée dans une famille allemande à Tübingen et c’est un second coup de foudre. Elle décide très vite de là elle veut étudier après le bac : dans une école de commerce franco-allemande avec un campus en Allemagne, à Reutlingen, pas de loin de Tübingen. Le hasard - ou plutôt le destin - fait bien les choses.

Départ en Allemagne et études (10mn-13mn30)

Après un an de prépa, Carine part en septembre 1991 en Allemagne pour intégrer la Fachhochschule Reutlingen. Les premiers moments s’avèrent difficiles : il faut suivre le rythme, s’adapter à l’enseignement allemand plus participatif et pratique qu’en France et surtout acquérir un niveau de langue suffisant pour pouvoir suivre les cours. Carine s’accroche, décroche son premier stage en marketing chez Schwan-STABILO à Nuremberg, revient à Reutlingen et passes ces deux dernières années d’études sur le campus en France. Entre temps, elle fait la rencontre de son futur mari.

De Belfort à Francfort, de Francfort à Genève et de Genève à Munich… (13mn30-20mn30)

Carine commence à travailler à Belfort dans la vente chez Mars pendant que son futur mari finit ses études au Canada. À son retour, ils se marient et partent s’installer ensemble à Francfort en juin 1998. Ils y restent deux ans. Au début, Carine donne des cours de français dans des écoles privées et se réoriente dans le domaine de la pub. Nouvelle mutation de son mari : ils arrivent à Genève.

Carine prend son temps et profite de la vie genevoise mais bien vite, elle ressent le besoin de travailler. Ce sera à nouveau dans le secteur de la pub, en agence. Un choc culturel mais qui au final la conduit à avoir un déclic : elle apprend à changer de rythme et vivre moins stressée. Elle découvre également la Suisse alémanique au départ via les clients de l’agence où elle travaille et sa responsable. Cette expérience est à la fois riche et agréable mais Carine se sent déconnectée des francophones qui l’entourent. Cette étape dure 3 ans jusqu’à ce que son mari accepte une proposition de travail à Munich.

La première étape à Munich (20mn30-26mn30)

Carine s’installe pour la première fois dans la capitale bavaroise en 2004 (elle y était venue un week-end pendant l’Oktoberfest pendant ses études à Reutlingen), elle ne travaille pas et tombe enceinte de son premier enfant. Habitant un peu l’extérieur de la ville, à Waldtrudering, et jeune maman, elle se sent isolée et sa langue natale lui manque. D’autant plus que les premiers mots de son fils sont en allemand.

Elle a alors l’idée de poser des affichettes dans son quartier pour fonder un Krabbelgruppe (littéralement "groupe à quatre pattes", un groupe de jeu rassemblant des mamans avec leurs enfants de moins de 3 ans généralement) avec des mamans francophones. C’est cette initiative qui lui permet de rencontrer celles qui sont aujourd’hui ses amies munichoises. Elle se recrée un petit noyau à Munich mais au bout de 4 ans, l’appel de la Suisse romande, la “Sehnsucht” (nostalgie) est trop forte et elle demande à son mari d’y retourner. Il trouve un travail à Lausanne et ils partent s’installer dans la région à Divonne.

Retour en Suisse romande (26mn30-31mn30)

Le lac de Genève

Le lac de Genève

Carine est enceinte de son second fils et ne souhaite pas retravailler immédiatement. Une nouvelle fois, elle doit repartir de zéro. Elle se consacre entièrement à ses enfants mais ressent à nouveau le besoin de travailler. Elle retourne travailler dans le secteur de la pub pour un ancien collègue qui a monté sa boîte à Genève, puis à Lausanne avec son ancienne responsable. Mais, elle se rend rapidement compte qu’être maman l’a changé et qu’elle n’est plus à sa place dans ce milieu. Elle décide de démissionner.

Entre-temps, en 2010, son mari lui annonce que sa société est restructuré qu’il va être muté à Zurich. Carine, elle, attend son troisième enfant et décidé de rester sur place. Une fois sa fille née, la famille décide de s’installer au complet en Suisse alémanique.

2ème partie

L’étape Wintherthur (1mn30-3mn)

Le départ pour Wintherthur se fait vraiment à contre coeur. Mais, Carine trouve les ressources pour s’adapter à nouveau et se recrée un cadre de vie agréable. Elle prend des cours de suisse allemand et les portes commencent à s’ouvrir, au point qu’elle ne veut plus partir. Elle travaille dans une librairie, chante dans une chorale… Mais son mari se fait licencier dans l’année qui suit en 2014 et décide de monter sa boîte. Ils ont partir de la Suisse car ils n’avaient plus de permis de séjour. La seule option qui leur semble envisageable est de revenir à Munich.

Le retour à Munich : divorce, galère, résilience et renaissance (3mn-10mn)

Olchinger See - Crédits :  Richard Huber

Olchinger See - Crédits : Richard Huber

Carine revient à Munich car ils connaissent la ville et sa belle-soeur est sur place. Elle leur trouve d’ailleurs une maison à Gröbenzell, à une centaine de mètres de chez elle. Le retour est difficile pour de nombreuses raisons et Carine se sépare de son mari à la fin de l’année 2016. Cette décision radicale et douloureuse va lui permettre de se consacrer sur ces envies. Pour la première fois, elle fait aussi le choix de s’installer pour de bon à Munich afin de pouvoir se créer son cocon tout en offrant un cadre stable à ses enfants.

Sa solution pour se sentir enfin chez elle ? Questionner et identifier les choses qui la rendait heureuse en Suisse et les retrouver à Munich. Elle cultive l’art de la détente et de prendre son temps. Elle apprend à aimer le lieu dans lequel elle est en se l’appropriant et en trouvant des endroits où elle peut se ressourcer comme c’est le cas du lac d’Olching qui est à deux pas de Gröbenzell.

Travailler ou devenir coach ? (10mn-15mn)

En parallèle, Carine recherche du travail mais avec des perspectives peu encourageantes. Passionnée depuis longtemps par le coaching, elle ne s’est jamais sentie légitime pour en faire un métier. Pour y parvenir, elle attend d’avoir suffisamment d’expérience et d’être entourée de personnes compétentes. Ces deux facteurs sont désormais réunis et elle prend la décision de réaliser son rêve en devenant coach plutôt que de reprendre un travail ou bien de déménager dans une autre région moins onéreuse.

La formation de coaching et le projet de Carine (15mn-26mn)

Carine suit la formation de Veit Lindau et commence à créer son activité. Elle souhaite coacher des personnes qui ont vécu des situations similaires aux siennes que ce soit devoir mettre un trait sur sa carrière, vivre une relation déséquilibrée, affronter un divorce, etc. Pour elle, ce sont la plupart du temps des femmes avec un énorme potentiel qui ne demande qu’à s’exprimer. Sa mission est de les accompagner, de les aider à se relever et de leur donner des ressources pour qu’elles puissent pleinement s’épanouir.

Carine nous donne quelques conseils : il est important d’accepter sa détresse et d’aussitôt s’entourer de personnes ressources bienveillantes. En rencontrant des personnes vivant les mêmes épreuves, il est possible de relativiser et de se remettre dans l’action.

Le lieu ressource de Carine (26mn-31mn)

Nous clôturons l’interview de manière un peu différente avec cette fois-ci un seul et unique endroit mais qui offre plusieurs possibilités :

Haus am See au bord de l’Olchinger See

Haus am See au bord de l’Olchinger See

  • le lac d’Olching (Olchinger See) : situé à 20 km de Munich, cette étendue d'eau a été créée en 1940 et en 1969 une zone de loisirs de 25,3 ha a été développée. En plus d'une promenade circulaire, 5,3 hectares d'espace sont dédiés à la bronzette. Au Sud du lac, des espaces pour faire un barbecue sont aménagés et en hiver, il est parfois possible de patiner sur le lac gelé. Une idée de sortie quelle que soit la saison !

  • On y trouve également un restaurant italien assez chic, la Villa Romantica. Pour une ambiance plus décontracté, l’établissement dispose également d’un Biergarten en plein air et d’une gelateria.

  • Le Kiosk Haus am See est un petit paradis auquel on accède en traversant un petit ponton. On y trouve des hamacs, des sièges confortable, du sable fin et une jolie vue sur le lac. Idéal pour manger un snack, boire un verre tout en assistant à un concert. Bref, une adresse à noter !

Pour envoyer un message et contacter Carine :

Si vous voulez écouter l’épisode sur votre ordinateur, cliquez sur le lecteur ci-dessous !

1ère partie

2ème partie