Recommandations estivales de lecture - Cécilia et la librairie française à Munich

Pour écouter cet épisode sur votre smartphone, sélectionnez l’appli de votre choix :

lib frn munich.jpg

Aujourd’hui, il s’agit d’un épisode un peu particulier qui vient conclure cette première saison. J’y rencontre Cécilia, la propriétaire de la seule et unique librairie française à Munich et c’est l’occasion de vous présenter une petite sélection de livres à lire pendant vos vacances ou tout du moins cet été.

L’entrée en matière est, elle aussi, inhabituelle car le podcast démarre au milieu de notre conversation. Vous aurez ainsi l’impression de vous être glissé à côté de nous telle une petite souris et cela permet de laisser la belle place aux livres.

Ce qu’on s’est dit avant : Cécilia a des origines mexicaines et une formation d’astrophysicienne. Elle a beaucoup déménagé mais elle a toujours été passionnée par les livres. À Munich, elle a travaillé en tant qu’employée dans l’ancienne librairie italienne, puis dans la librairie française (et espagnole) située sur la Nordenstrasse. Au moment où celle-ci ferme ses portes, elle décide de se lancer à son compte. Fin 2016, elle trouve des locaux dans la Georgenstrasse et l’ouverture a lieu en janvier. On rejoint la conversation à ce moment : la librairie a un lieu mais il reste à trouver des livres…

Résumé de l’épisode, adresses et liens utiles

L'ouverture de la librairie et une présentation générale (3 à 12 mn)

On parle des premiers jours de la librairie et des commentaires arrivent les premiers livres grâce - en particulier - au soutien de différentes libraires des quatre coins du monde et aux premiers clients.

On rappelle que, dans les mêmes locaux, la librairie française côtoie la librairie espagnole.

Cécilia nous parle ensuite de la livre dont elle effectue le choix des livres. Elle a tout prêté attention au style et au niveau d'écriture afin de pouvoir conseiller ses clients mieux.

On apprend également que les best-sellers ne sont pas forcément les mêmes qu'en France. Enfin, Cécilia nous a expliqué pourquoi elle était obligée de facturer les livres légèrement plus chers qu'en France.

Autre découverte, il n'existe pas encore 3 librairies françaises en Allemagne: 2 à Berlin (dont les Galeries La Fayette) et celle de Munich. Cécilia nous parle de la librairie Zadig à Berlin.

Après cette discussion autour du lieu, nous passons aux recommandations de l'été.

Les romans

Il pleuvait des oiseaux de Jocelyne Saucier

Un roman canadien pour changer! Une ode à la vie, une histoire d'amitié et une plongée dans une autre culture.

La quatrième de couverture

Pleuvait des oiseaux.jpeg

Trois octogénaires épris de liberté vivent selon leur propre loi dans le nord de l'Ontario. Non loin de là, deux hommes, l'un des gardiens d'un hôtel fantôme et l'autre planteur de marijuana, veillent sur l'ermitage des vieillards. Leur vie d'hommes libres et solitaires seront perturbés par l'arrivée de deux femmes. D'abord photographe en quête du dernier survivant des grands feux qui ont ravagé la région au début du XXe siècle. Puis arrive la deuxième visiteuse, très vieille celle-là, Marie desane, un être aérien et lumineux qui secrète les amours impossibles. La vie ne sera plus le même à l'ermitage.

Les gratitudes de Delphine de Vigan

Un livre sur l’importance de dire merci et pas sombre comme on pourrait s’y attendre quand on parle de vieillesse et d’oubli.

La quatrième de couverture

gratitudes.jpe

« Je suis orthophoniste. Je travaille avec les mots et avec le silence. Les non-dits. Je travaille avec la honte, le secret, les regrets. Je travaille avec l’absence, les souvenirs disparus, et ceux qui ressurgissent, au détour d’un prénom, d’une image, d’un mot. Je travaille avec les douleurs d’hier et celles d’aujourd’hui. Les confidences.

Et la peur de mourir.

Cela fait partie de mon métier.

Mais ce qui continue de m’étonner, ce qui me sidère même, ce qui encore aujourd’hui, après plus de dix ans de pratique, me coupe parfois littéralement le souffle, c’est la pérennité des douleurs d’enfance. Une empreinte ardente, incandescente, malgré les années. Qui ne s’efface pas. »

Michka est en train de perdre peu à peu l’usage de la parole. Autour d’elles, deux personnes se retrouvent : Marie, une jeune femme dont elle est très proche, et Jérôme, l’orthophoniste chargé de la suivre.

L’autre livre de Delphine de Vigan dont nous parlons : Rien ne s'oppose à la nuit.

La Disparition de Stephanie Mailer de Joël Dicker

Un roman contemporain écrit par un suisse francophone et une enquête policière qui vous tiendra en haleine jusqu’à la dernière page !

La-Disparition-de-Stephanie-Mailer.jpg

La quatrième de couverture

La Disparition de Stephanie Mailer est un roman noir qui confirme le talent de Joël Dicker pour écrire des thrillers qui ne lésinent pas sur les détails, peuplés de personnages qui provoquent immédiatement l’empathie du lecteur. Mais subrepticement, comme à chaque fois, et dès son premier succès La Vérité sur l’affaire Harry Quebert, l'auteur livre aussi une critique aiguisée de notre société, dépeinte avec acuité. Bien plus qu’un thriller, une œuvre de sociologie fascinante.

Le mystère de la chambre jaune de Gaston Leroux

Un policier, ouvrage classique, qui a inspiré nombre de films ou séries, idéal aussi pour apprendre ou exercer sa connaissance de la langue française.

La quatrième de couverture

mystère chambre.jpeg

La porte de la chambre fermée à clef " à l'intérieur " les volets de l'unique fenêtre fermés, eux aussi, à " l'intérieur ", pas de cheminée. Qui a tenté de tuer Mlle Stangerson et, surtout, par où l'assassin a-t-il pu fuir de la chambre jaune ? C'est le jeune reporter, Rouletabille, limier surdoué et raisonnant par " le bon bout de la raison, ce bon bout que l'on reconnaît à ce que rien ne peut le faire craquer ", qui va trouver la solution de cet affolant problème aux termes d'une enquête fertile en aventures et rebondissements. Tenant en haleine le lecteur de la première à la dernière page, Le Mystère de la Chambre jaune, est devenu un classique du roman criminel.

La littérature adolescente (et pas que !) et les livres pour les petits

Le temps des miracles d’Anne-Laure Bondoux

Un livre qui permet de sensibiliser aux flux migratoires et aux réfugiés, problématiques très actuelles.

La quatrième de couverture

temps des mircales.jpeg

Lorsque les douaniers m'ont trouvé, tapi au fond d'un camion à la frontière française, j'avais douze ans et j'étais seul. Je n'arrêtais pas de répéter : «jemapèlblèzfortunéjesuicitoyendelarépubliquedefrancecélapurvérité». Je ne savais pas que mon passeport était trafiqué, et en dehors de ces quelques mots, je ne parlais que le russe. Je ne pouvais pas expliquer comment j'étais venu du Caucase jusqu'ici, dans le pays des droits de l'homme et de Charles Baudelaire. Surtout, j'avais perdu Gloria. Gloria Bohème, qui s'était occupée de moi depuis que ma mère avait disparu. Avec elle, j'avais vécu libre, malgré la guerre, malgré les frontières, malgré la misère et la peur. Elle me manquait terriblement, mais j'ai toujours gardé l'espoir de retrouver cette femme au coeur immense, qui avait le don d'enchanter ma vie.

Tobie Lolness de Timothée de Fombelle

Pour les ados qui ont besoin d’action, de vitesse et de rebondissements et qui souhaitent lire avec plaisir. Idéal aussi à partager en famille.

La quatrième de couverture

tobie.jpeg

Un millimètre et demi d'héroïsme !«Tobie Lolness mesurait un millimètre et demi, ce qui n’était pas grand pour son âge.» Ainsi commence le récit des aventures du jeune Tobie, qui appartient au peuple du grand chêne. Ce peuple ne connaît pas d’autre univers que celui de l’arbre, creusant ses maisons dans les branches, traçant ses chemins dans les sillons de l’écorce, faisant travailler les charançons, élevant leurs larves pour se nourrir. Le père de Tobie, savant génial et sage, a refusé de livrer le secret d’une invention révolutionnaire qui permet de transformer la sève de l’arbre en énergie motrice. Il sait que certains s’en serviraient au détriment de l’arbre. Furieux, le Grand Conseil a condamné la famille Lolness à l’exil dans les Basses-Branches, territoire sauvage et sombre, près de la frontière des Pelés. Là pourtant, Tobie vit heureux et rencontre Elisha qui devient son amie. Mais les Lolness sont rejugés et, cette fois, condamnés à mort. Seul Tobie parvient à s'échapper. Se cachant au creux des écorces, courant parmi les branches, Tobie fuit, traqué par les siens…

Roule ma poule ! de Édouard Manceau

Roule-ma-poule.jpg

Pour faire découvrir la beauté et la musique de la langue française aux plus petits. Un cadeau également pour l’anniversaire d’un copain ou une copine.

Quatrième de couverture

C'est l'histoire d'une poule complètement maboule qui déboule en boule et qui roule ! Un album drôle, à destination des enfants entre 2 et 4 ans.


Les BD

L’arabe du futur de Riad Sattouf

Une bd mais surtout une histoire de vie, de double culture et de chocs culturels.

arabe du futur.jpeg

Quatrième de couverture

Un roman graphique où Riad Sattouf raconte sa jeunesse dans la Libye de Kadhafi et la Syrie d’Hafez al-Assad.

Né en 1978 d’un père syrien et d’une mère bretonne, Riad Sattouf grandit d’abord à Tripoli, en Libye, où son père vient d’être nommé professeur. Issu d’un milieu pauvre, féru de politique et obsédé par le panarabisme, Abdel-Razak Sattouf élève son fils Riad dans le culte des grands dictateurs arabes, symboles de modernité et de puissance virile.

En 1984, la famille déménage en Syrie et rejoint le berceau des Sattouf, un petit village près de Homs. Malmené par ses cousins (il est blond, cela n’aide pas…), le jeune Riad découvre la rudesse de la vie paysanne traditionnelle. Son père, lui, n’a qu’une idée en tête : que son fils Riad aille à l’école syrienne et devienne un Arabe moderne et éduqué, un Arabe du futur.

L’Arabe du futur sera publié en trois volumes. Ce premier tome couvre la période 1978-1984.

Les nombrils

Il s’agit d’une série de bande dessinée québécoise humoristique, scénarisée par Dubuc et Delaf et colorisée par Ben BK.

La quatrième de couverture du premier tome

nombrls.jpg

Pour qui tu te prends ?

Si vous les aimez autant qu'elles s'aiment, vous allez les adorer !

Jenny et Vicky sont les pires chipies que la Terre ait portées. Elles se prennent pour le nombril du monde et pour peu, elles le seraient vraiment. Avec leurs vêtements sexy, leur maquillage provocateur et leur coiffure toujours impeccable, partout où elles vont, les regards sont hypnotisés, la musique s'arrête. On ne voit et on n'entend plus qu'elles.

Et heureusement ! Parce que Jenny et Vicky sont prêtes à tout pour être le centre d'attraction. Leur amie, la trop grande Karine, l'apprend à ses dépens lorsqu'un certain Dan s'intéresse à elle. Jenny et Vicky ne sont pas du genre à accepter la compétition ! Les lettres de Dan n'arriveront jamais à destination, ses invitations tomberont toutes mystérieusement à l'eau.

Pauvre Karine ! Dans un monde qui privilégie l'enveloppe plutôt que son contenu, elle ne peut qu'être le souffre-douleur des deux autres. Et si un jour Karine s'émancipait ? Qu'adviendrait-il de ce trio dépareillé ? L'amitié survivrait-t-elle ?

Divers

On parle aussi, entre autre, de Jacques Tardi.

Toutes les infos sur le festival de la BD organisé à Munich et Erlangen :

N’hésitez pas à partager avec nous vos découvertes et recommandations estivales en commentaires !

Je vous souhaite des passer des moments reposants, ressourçants et inspirants et je vous retrouverai avec plaisir fin aôut.

Bonne écoute !

Pour envoyer un message à Cécilia et découvrir la librairie :

  • le site de la librairie

  • les horaires et l’adresse : Georgenstr. 43 , 80799 München
    Lundi : 14h - 19h
    Mardi au vendredi : 11h - 19h
    Samedi : 11 - 17h

  • le numéro de téléphone : 089 1892-8437

  • l’adresse mail : info@librairie-francaise-munich.de

  • la page Facebook

Si vous voulez écouter l’épisode sur votre ordinateur, cliquez sur le lecteur ci-dessous !

Emmanuelle, de l'Éducation Nationale à Colancing

Pour écouter ce double épisode sur votre smartphone, sélectionnez l’appli de votre choix (attention, il y a deux parties !) :

emma2.png

Dans ce huitième épisode, je rencontre Emmanuelle et nous nous éloignons un peu de Munich car notre invitée vit à Augsburg ! J’ai fait la connaissance d’Emmanuelle il y a quelques mois alors qu’elle lançait Colancing, un concept de COWORKING ONLINE pour les Freelances dont nous parlerons dans la 2ème partie de ce double épisode. 

Aujourd’hui, vous allez pouvoir écouter la naissance et le parcours riche et originale d’une entrepreneuse. Avant cela, Emmanuelle était professeur des écoles. C’est au cours de sa première expatriation en famille qu’elle a sa première idée d'entreprise : exporter du Nutella en Corée.

Alors qu’elle fait partie de la short-list d’un concours régional à son retour en France pour rejoindre un incubateur et donner vie à son idée, Emmanuelle retourne à l’enseignement : pour elle, son idée est validée, ça lui suffit et elle ne se sent pas prête à faire le grand pas.

C’est lors de sa seconde en expatriation en famille - cette fois-ci en Allemagne - qu’elle franchit le cap et cela n’a plus rien à voir avec le Nutella. Si vous voulez entendre ce récit inspirant, écoutez la suite. On y parle de conjoint suiveur, de formation en ligne, de code, d’agence web mais aussi et surtout de courage, de valeurs, de succès, de déception, d’association et de leçon à tirer ! 

Résumé de l’épisode, adresses et liens utiles

1ère partie

Des origines méditerranéennes 

Emmanuelle a beaucoup déménagé mais elle se sent chez dans le Sud de la France, à Aix en Provence en particulier. Elle prend goût à l’expatriation en partant travailler après le bac comme fille au pair en Angleterre. Quand elle rentre en France, elle fait des études de littérature anglophone et commence à travailler comme institutrice. 

nutellea.jpg

Première expat en famille : la Corée du Sud

Il faudra attendre plusieurs années pour qu’Emmanuelle, mariée et devenue entre temps maman de deux enfants, s’expatrie avec toute sa famille. Ce sera la Corée du Sud. Une expérience enrichissante et un choc de cultures.

C’est aussi à ce moment que germe en elle la première graine de l'entrepreneuriat. Elle constate que ce qui manque cruellement aux francophones expatriés, c’est la nourriture comme le fromage ou bien le nutella. Si le fromage est extrêmement difficile à exporter du point de vue de la législation, pourquoi ne pas se lancer avec le Nutella.

Quand elle rentre en France, elle travaille sur ce projet qu’elle présente à un concours d’innovation organisé par la région PACA. Et surprise : elle fait partie de la short-list des finalistes. Mais Emmanuelle ne se sent pas prête à se lancer et regagne les bancs de l’école.

Deuxième expat : l’Allemagne 

Une nouvelle opportunité de partir à l’étranger se présente et Emmanuelle et son mari décide de renouveler l’expérience, même si a priori, l’Allemagne ne fait pas rêver. Ils arrivent à Augsburg, ville située à environ 80 km à l’Ouest de Munich. Ses enfants rentrent à l’école internationale où Emmanuelle travaille ponctuellement. En parallèle, elle suit des cours d’allemand mais elle souhaite s’occuper. Grâce à une enveloppe offert au conjoint suiveur par la société de son mari, elle décide de suivre une formation en ligne. Elle n’a pas le choix : ce sera une école de code. 

Du code à la création d’une agence web

java.jpg

Emmanuelle suit pendant 2 ans une formation pour apprendre à coder. Il s’avère que cette dernière est assez obsolète et offre très peu suivi de la part des profs et aucune réelle interaction. Un regroupement s’organise avec d’autres élèves et ensemble il crée un projet communautaire : un site associatif qui leur permet de développer leur compétences en réel et offre gratuitement à des associations la possibilité de créer leur site internet. 

Grâce à cette expérience, elle a l’idée avec deux autres anciens élèves de s’associer et de créer l’école de code dont elles auraient rêvée. Après de long mois de développement, le projet voit le jour mais c’est en fait un échec car les trois associées ont complètement oublié la partie communication et financièrement, il est impossible de rectifier le tir. Elles décident finalement de pivoter et de devenir une agence web car elle reçoivent de nombreuses demandes de francophones résidant à l’étranger et qui leur demandent de réaliser des sites. Cette fois-ci, la formule fonctionne. 

La discorde

La société marche bien mais les revenus sont fluctants car ils dépendent de gros contrats rentrant de manière irrégulière. Il est donc nécessaire de trouver un produit qui puisse servir de cash-cow et assure une plus grande stabilité financière. Les trois associées décident alors d’ouvrir une boutique en ligne où elles vendent des plug-ins wordpress. Pendant ce temps, Emmanuelle suit une multitude de formations pour se familiariser avec le webmarketing et ne pas reproduire les mêmes erreurs. Le succès est retentissant. Se pose alors la question pour les associées de savoir quelle orientation donner à la société et c’est à ce moment que des tensions et divergences se font sentir. Emmanuelle ne se sentant pas  alignée sur ses valeurs décident de quitter la structure et de reprendre ses parts. Elle réussira certes à partir mais sans rien. 

Je lui pose alors la question de savoir ce qui aurait pu être fait pour éviter cet épisode. Pour elle, il est très important de parler dès le départ avec ses associés de sa vision en cas de réussite et d’échec, de prévoir des clauses selon les différents scénarios et d’aborder clairement tous les questions susceptibles de se poser. Plus on est proche, plus il est important de mettre les choses au clair dès le départ. 

2ème partie

Traversée du désert, introspection et résilience

Il faut quelques mois à Emmanuelle pour trouver une nouvelle idée et se relancer. À ce moment, elle se pose beaucoup de questions, elle écoute de nombreux podcasts et s’intéresse au développement personnel. Une chose est sûre : elle ne veut pas revenir au salariat. Mais pour reprendre le chemin de l’entrepreneuriat, il faut trouver une idée qui correspond à ses envies et valeurs. 

C’est dans le réseau d’entrepreneurs qui l’entoure qu’Emmanuelle va retrouver de l’énergie mais aussi sa nouvelle idée. Force est de constater que les personnes travaillant en freelance sont souvent très seuls, voir isolés et manquent parfois de confiance pour entreprendre de nouvelles choses. Par ailleurs, Emmanuelle a suivi ces dernières années de nombreuses formations en ligne qui lui ont permis de progresser et de constamment s’améliorer. L’idée s’impose à la fin de l’année 2018 : créer un espace de coworking en ligne pour les freelancers pour leur permettre de rompre leur isolement et s’entraider tout en leur offrant des formations régulières en direct sur différentes thématiques. 

La naissance et le développement de Colancing

colancing.jpg

Emmanuelle commence par créer un groupe fermé sur Facebook pour tester son idée. Sa première mission : réussir à dépasser les règles générales de ce type de groupe pour donner vie à un réel espace humain d’échange et d’entraide. Dès la création du groupe, le succès est au rendez-vous. 200 personnes le rejoignent en moins de 48 heures et Emmanuelle doit alors bloquer les inscriptions. L’entrée est alors gratuite mais l’objectif est monétiser ce service. Par ailleurs, Emmanuelle impose de réelles exigences afin d’assurer la qualité du groupe et la recette fonctionne. 

Le lancement officiel est prévu le 1er février mais Emmanuelle décide alors de se concentrer pendant quelques sur la communauté présente et de mettre à l’épreuve le système actuel. Facebook dispose des outils nécessaires et elle arrive au résultat escompté. En parallèle, elle crée le site et passe en mode payant au mois d’avril. 

Le concept

Colancing est un espace de coworking online qui regroupe une communauté de freelances dynamiques et bienveillants. L’abonnement mensuel permet d’accéder au groupe Facebook, plateforme d’échange et de d’aide entre colanceurs, aux événements en direct et en replay sur des thématiques variées (techniques mais aussi liées à l’organisation ou au développement personnel par exemple). C’est également un réseau qui permet d’entrer en contact avec différents experts selon ses besoins. Pour en savoir plus, je vous invite à lire toutes les informations sur le site colancing ou à contacer Emmanuelle via formulaire de contact, également sur le site. 

Les bonnes adresses d’Emmanuelle à Augsburg

Si toutes les adresses qui suivent se trouvent à Augbusrg, Emmanuelle nous conseille tout de même deux restaurant à Munich :

  • la Taverna Limani, près de Mangfallplatz, restaurant grec idéal pour manger du poisson et renouer avec les saveurs de la cuisine méditerranéenne ;

  • le fameux Café Glockenspiel avec sa vue imprenable sur la Marienplatz et les toits de Munich, une adresse pour bruncher avec des amis découvrant Munich avant de faire un tour dans la vieille ville.

Si vous avez envie de faire une escapade à Augsburg, voici de bonnes adresses à tester :

  • le restaurant Perlach Acht en plein centre ville qui propose une cuisine fait maison soignée ;

  • la visite de la Rathaus et de son plafond doré ;

  • le quartier des artisans dans la vieille ville et les nombreux canaux d’Augsburg (soit disant plus nombreux qu’à Venise !!) ;

  • la Fuggerei, le plus ancien quartier social encore existant au monde. Créé en 1516 par la famille Fugger, il fonctionne encore quasiment à l’identique aujourd’hui. Il se présente comme un petit village en plein centre-ville.

  • À l’intérieur se trouve également un bunker, l’occasion d’apprendre l’histoire de la seconde guerre mondiale du point de la population allemande.

  • pour prendre l’air au milieu de la nature sans trop s’éloigner de la ville, rendez-vous dans la Siebentisch Wald qui regroupe, entre autres, un zoo et un jardin botanique.

Enfin, en dehors d’Augsburg, Emmanuelle a un coup de coeur pour les Alpes et conseille de visiter les gorges (Klamm en allemand), en été comme en hiver :

Bonne écoute !

Pour envoyer un message à Emmanuelle et découvrir Colancing :

Si vous voulez écouter l’épisode sur votre ordinateur, cliquez sur le lecteur ci-dessous !

1ère partie

2ème partie

Mikaela et les Toastmasters de Munich

Pour écouter l’épisode sur votre smartphone, sélectionnez l’appli de votre choix :

Mikaela - Toastmasters - Munich

Dans cet épisode un peu particulier, je rencontre Mikaela. Nous ne parlons pas de son parcours comme habituellement, mais nous concentrons sur la présentation du club qu’elle représente : les Toastmasters de Munich aussi connu sous les noms de CRFM (club de rhétorique français de Munich) ou de Francs parleurs.

Contrairement à ceux que de nombreuses personnes pensent il ne s’agit pas d’une troupe d’improvisation ou bien de réunion informelle. Les Toastmasters forment une association qui remonte à 1932 et dont l'objectif est d'aider, de manière extrêmement structurée et via l’entraide, ses membres à améliorer leurs compétences en matière de communication et de leadership via la prise de parole en public.

Nous parlons - entre autres choses - de l’association, de son organisation internationale, du déroulement d’une séance et des avantages pour les membres. Enfin, Mikaela nous partage son expérience et nous donne des astuces pour être à l’aise oralement.

Au delà d’une présentation du club, c’est l’occasion d’éclairer sous un angle particulier un sujet bien plus large : faire face à une peur (dans notre cas la prise de parole en public). Nous parlons bien entendu d’un danger imaginaire et pas d’une peur réellement fondée. Comment y parvenir et dépasser notre phobie ? En forgeant, en répétant, en s’entraînant… tout cela dans un contexte de groupe, avec des retours constructifs et beaucoup de bienveillance… comme c’est le cas avec les Toastmasters.

Résumé de l’épisode, adresses et liens utiles cités dans l’épisode !

Les Toastmasters, une organisation internationale

D’origine franco-maltaise, Mikaela vit depuis 9 ans à Munich et est mariée avec un Bavarois. Mais nous parlons pas en détail de son parcours car l’objet de cet épisode est de présenter le club français des Toastmasters de Munich dont elle est la responsable de la communication.

Il s’agit d’une organisation mondiale dont le siège se trouve au Colorado regroupant actuellement plus de 350 000 membres à travers le monde et comptant plus de 16 000 clubs répartis dans 143 pays. Son objectif est d’aider ses membres à développer leurs compétences en matière de communication et leadership.

A Munich, il existe plusieurs clubs germanophones, anglophones et un seul club francophone. Ce dernier permet également à chacun de s’entraîner à la prise de parole en public en français et ainsi de gagner en confiance. Les membres se réunissent les deuxième et quatrième mardis du mois à 19h30. Il est possible d'assister à chaque séance gratuitement et sans engagement. 

Le déroulement d’une séance

Mikaela nous parle de sa rencontre avec le club via une recommandation de son manager de l’époque. Elle est aussitôt impressionnée par l’organisation et la structure de la séance : rien à voir avec une prise de parole ouverte informelle ou bien des sessions d’improvisations. En effet, chaque séance suit une un déroulement bien précis :

La jolie ville de  Tübingen  (en français Tubingue)
  • une intro ou un brise-glace du président de séance

  • une série d’improvisations

  • deux ou trois discours préparés

  • les évaluations menées par un évaluateur général et un feedback écrit de chaque participant

  • les évaluations objectives sous la responsabilité de 3 membres : un grammairien, un compteur de turlutènes et un chronomètre (le maître du temps).

La séance dure deux heures avec une pause de 15 mn. Tous les rôles sont organisés en amont via une plateforme de gestion. Pour plus de détails, rendez-vous sur le site : crfm.de. Pour information, la cotisation est semestrielle et s’élève à 60 euros.

Le parcours au sein de l’association

Le club permet, contrairement à un séminaire ou à une formation de prise de parole, de pratiquer régulièrement tout ce que l’on peut apprendre de manière théorique. Dale Carnegie recommande même à la suite de ses formations d’aller pratiquer chez les Toastmasters.

L'apprentissage Toastmasters est fondé sur la répétition de 4 compétences :

  • voir et entendre quelqu'un pratiquer ;

  • voir et entendre le retour sur ce qui a été fait (points forts et suggestions concrètes d'amélioration) ;

  • pratiquer soi-même 

  • et faire soi-même un retour sur ce qui a été fait.

Il n'y a pas de professeur et tous les adhérents sont encouragés à prendre l'ensemble des rôles disponibles afin d'évoluer. Les manuels proposent une méthode progressive et l'adhérent est laissé libre de choisir son rythme afin que celui-ci corresponde à ses propres objectifs. De plus, chaque nouvel adhérent se voit attribuer un mentor qui l'aidera à comprendre le fonctionnement du club, préparer ses interventions et atteindre ses objectifs. L'objectif de chaque évaluation est que l'orateur fasse une expérience positive à chaque fois qu'il prononce un discours grâce aux retours bienveillants et constructifs de différentes personnes présentes. 

Auparavant, les manuels du « Communicateur Compétent » et du « Leader Compétent » constituaient la base de la méthode Toastmasters. Mais d'ici 2020 l'ancien système sera complètement remplacé par une nouvelle formation disponible en ligne et qui se veut mieux adapter au monde actuel. Cette nouvelle approche, nommée Pathways, permet de choisir entre différents parcours en fonction de ses objectifs : présentation, différents types de leadership, animation et modération de réunions, etc.

Quelques anecdotes

Mikaela nous fait part de trois anecdotes concernant différents discours qu’elle a du prononcer :

  • un discours où elle était sous l’emprise du trac mais pour lequel elle a eu un feedback très bienveillant,

  • un discours au cours duquel elle s’essaie à un ton très didactique et grâce auquel elle découvre que ce style n’est pas son point fort

  • et un discours humoristique “The Roast” où elle “passe au barbecue” (se moque de manière sympathique) de son mari qui s’avérera être un succès. Vous pouvez l’écouter ci-dessous.

Les conseils de Mikaela pour prendre la parole

Tout d’abord, il faut prendre le temps de bien respirer en prenant, par exemple, une série de grandes inspirations et expirations. Ensuite, mettez-vous débout, les mains sur les hanches et grandissez-vous un maximum. Le simple fait de changer sa posture, même deux minutes, suffit à augmenter sa confiance en soi. Si vous voulez en savoir, je vous encourage vivement à visionner le discours TedX d’Amy Cuddy auquel Mikaela fait référence.

Quand on a un trou de mémoire, il est important de ne pas paniquer et de se souvenir de l’idée qui suit la pensée et de se recentrer sur le message principal qu’on souhaite faire passer à l’auditoire.

Les adresses de Mikaela

Mikaela se sent chez elle à Lehel et Ludwigvorstadt. Concernant les restaurants et les bars, elle nous conseille : 

  • la Weltwirtschaft, le Biergarten de la Eine Welt Haus, simple et sans chichi et idéal pour boire un verre ou manger un bout après une séance,

  • le restaurant Louis cuisine pour une soirée entre amoureux et une cuisine gastro,

  • pour prendre un verre à côté, le bar Roosvelt,

  • pour manger italien, le restaurant La Stanza,

  • un restaurant bavarois avec une approche moderne près du métro Ruppertstrasse : le Goldmarie

  • et pour finir sur une note sucrée : les macarons de Maelu.

Un des lieux coups de coeur est l'Asamhof, en plein centre de Munich, où on trouve plusieurs cafés et boutiques sympathiques. 

Pour une sortie à l'extérieur de Munich, Mikaela nous parle de l'incontournable château de Neuschwanstein. Un conseil : réserver en avance les tickets en ligne pour éviter de faire la queue et si vous prévoyez de visiter plusieurs chateau, il y a un pass.

Enfin, elle nous parle de deux événements organisés par des Toastmasters et en rapport avec la prise de parole en public :

  • le Comedy Club Munich qui invite des comédiens internationaux venus des États-Unis, du Canada, d'Irlande et d'Allemagne au Stand-up Comedy Show. Chaque comédien prépare un nouveau numéro pour ce spectacle de stand-up collaboratif.

  • The Storyteller’s night qui organise régulièrement des soirées où des personnes partagent sur scènes vraies, qu'elles ont personnellement vécues.

Pour finir le discours complet de Mikaela dont un extrait a servi d’introduction à cet épisode :

Pour envoyer un message à Mikaela et contacter les Toastmasters :

Si vous voulez écouter l’épisode sur votre ordinateur, cliquez sur le lecteur ci-dessous !